COMMUNIQUE N°0017/SE/LE/2012 La Ligue des Electeurs, ONG de développement démocratique, de défense des droits de l’homme et de promotion de la culture électorale, exprime toute son indignation face à la multiplication d’actes d’intimidation, menace et torture de la part des services de sécurité y compris les procédures judiciaires arbitraires à l’encontre de ses membres pendant la période postélectorale consécutive aux élections du 28 novembre 2011. Les dernières en date ont eu particulièrement pour cibles ses points focaux dans la province du Katanga. En effet, alors que le monde associatif congolais attend vivement que soit fixé en appel le dossier de l’assassinat lâche et odieux de Floribert CHEBEYA, ancien Directeur Exécutif de la Voix des Sans Voix (VSV), le Coordonnateur de la cellule locale de la mission d’observation des élections du 28 novembre 2011 dans la province du Katanga, Magistrat KOLESHA TSHIANGALA Costa et chef des travaux à la faculté de droit de l’Université de Lubumbashi, a été invité ce mardi 28 février 2012 au tour de 17 heures par le Procureur de la République à son office. Arrivé là, ce dernier lui demanda d’aller rencontrer le Procureur Général, lequel le confia à son tour à l’avocat général pour son audition. Au lieu que celle-ci se déroule en bonne et due forme, l’Avocat Général l’informera, sans plus, qu’il aurait offensé le chef de l’Etat. Au moment où nous livrons le présent communiqué, il croupit sans défense dans un cachot à Lubumbashi.

Déjà, au mois de décembre, son adjoint, Maitre Joseph NTITA, avocat au Barreau de Lubumbashi a été victime de destruction méchante de sa voiture par des inconnus puis lui-même attaqué au mois de janvier par un groupe de personnes armées à cause de ses activités d’observateur pour la Ligue des Electeurs. Il a dû avoir son salut dans la fuite et a réussi à se mettre en lieu sûr en terre sud-africaine.

Il va sans dire que les actes similaires avec les mêmes motivations et modes opératoires sont également dirigés contre les défenseurs des droits de l’Homme mais aussi l’encontre la population dans la perspective de taire toute opinion contraire à celle du pouvoir en place et d’empêcher toutes revendications démocratiques par des manifestations publiques pourtant garanties par la Déclaration Universelle des droits de l’Homme et tous les autres instruments juridiques qui lient la RDC y compris sa propre constitution.

Tel est le cas des visites non désirables de la Clinique de l’OSD devenue, à partir du mois d’août 2011, la cible des services de sécurité qui cherchent à mettre la main sur les dossiers sensibles des victimes des tortures et d’actes de répression violente et brutale des manifestations publiques pris en charge dans cette Clinique.

En effet, non seulement Monsieur Dieudonné KABASONGA NDUBA, Administrateur de l’OSD, a été plusieurs fois arrêté arbitrairement et détenu illégalement, ses bureaux de l’OSD-CLINIC ont été visités et fouillés par des agents des services de sécurité aussi bien en date du 17/08/2011 qu’en date du 26/08/2011. Pire encore, au mois de novembre 2011, ses collaborateurs les plus proches, notamment son Assistante, Madame Béatrice LUMINGU KANDE, et un de ses enquêteurs, Monsieur Arthur KOLA MOYO, ont été visités à leurs domiciles respectifs, torturés avec leurs familles et menacés de représailles et de mort, à cause des documents et des informations qu’ils détiendraient sur certaines personnes recherchées par les services de sécurité.

Les dernières visites nocturnes et violentes de ces agents des services de sécurité aux domiciles de Madame LUMINGU Béatrice et de Monsieur KOLA Arthur, tous deux alors en clandestinité, datent de la nuit du 26 au 27/03/2011. Aujourd’hui, ils se cachent et vivent en clandestinité, mais leurs familles ont été sérieusement torturées. Le mari de Madame Béatrice LUMINGU KANDE, Monsieur Edouard ILUNGA TSHIBANGA, a été arrêté et acheminé à un lieu inconnu jusqu’alors pour obliger son épouse à se livrer.

Dans la nuit du 17 au 18 janvier 2012, et le 07 février 2012, la famille KINAMUENE-NDOMBELE domiciliée au n° 9 de l'avenue KIBATI Commune de BARUMBU à KINSHASA a été elle aussi visitée avec violence et menace de mort par les individus se réclamant des services de sécurité au motif qu’elle serait en connivence avec son fils, Monsieur KINIKA-NDOFUSU André, très actif dans les milieux de la diaspora congolaise en Belgique dans toutes les manifestations contre le régime en place et ses dignitaires depuis la publication des résultats proclamant le Président KABILA vainqueur des élections du 8 novembre 2011.

Il n’en va pas ainsi sans compter l’emprisonnement à Lubumbashi des congolais expulsés en début de ce mois en Afrique du Sud pour des mêmes raisons ainsi que la répression brutale et violente des manifestations publiques dont la très récente marche des chrétiens du 16 février 2012 par les éléments de la police, aidés en certains lieux de Kinshasa par la milice des jeunes sportifs conduite par le tristement célèbre « Maitre Chaleur » très réputé à cause de sa capacité de nuisance, de violence et de délinquance urbaine dans les rues de la capitale de la RDC et ce, dans l’impunité totale et la complicité des autorités publiques.

Malgré les multiples dénonciations de tous ces actes par les ONG congolaises des droits de l’Homme, les services de sécurité semblent décider à obtenir ce qu’ils recherchent, à savoir démobiliser les ONG des droits de l’Homme et saper leur travail, museler l’opposition et neutraliser la population congolaise déjà meurtrie par la précarité de vie au quotidien.

La Ligue des Electeurs tient à exprimer ici toute son indignation et sa vive préoccupation devant l’opinion tant nationale qu’internationale face à cette escalade des actes d’intimidation et des menaces de mort contre les défenseurs des droits de l’homme, l’opposition et la population. Elle en appelle surtout au Ministre de la Justice qui a les droits humains en charge et prône « la justice pour tous » au cours des séances d’audience accordée la population sans discrimination dites « journées portes ouvertes » à son Ministère.

La Ligue des Electeurs exprime toute sa solidarité à ses membres victimes de ces actes et invite encore le Ministre de la Justice à faire tout ce qui est en son pouvoir pour identifier le lieu de détention de Magistrat KOLESHA TSHIANGALA Costa et le faire libérer sans conditions. En outre, la Ligue des Electeurs condamne fermement cette façon anti-démocratique d’arrêter arbitrairement et de détenir illégalement des personnes innocentes et rappelle que la protection des droits de l’homme est une obligation impérative de l’Etat congolais au regard de divers instruments juridiques nationaux et internationaux relatifs aux droits de l’homme.

La Ligue des Electeurs demande, par ailleurs, au Gouvernement de faire cesser immédiatement tous ces actes d’intimidation, de menaces et des tortures qui ne favorisent pas la démocratie en RDC. Elle rassure toute la population congolaise que toutes ces menaces et actes d’intimidation ne la décourageront pas dans sa mission de défense des droits de l’homme et de dénonciation de leurs violations partout où elles sont commises.

ONG DE DEVELOPEMENT DEMOCRATIQUE, DE DEFENSE DES DROITS DE L’HOMME ET DE PROMOTION DE LA CULTURE ELECTORALE 49, Avenue de l’Université, Quartier LIVULU (Arrêt ELIMU SANTU) KINSHASA/LEMBA E-mail : le_rdc@yahoo.fr Tél : (+243) 815 079 823 REPUBLIQUE DEMOCRATIQUE DU CONGO

Fait à Kinshasa, le 29 février 2012

Maitre Sylvain LUMU MBAYA

Secrétaire Exécutif

LIGUE DES ELECTEURS (L.E.)